Disney Research

De nombreux effets spéciaux, que nous avons vus ces derniers temps dans les films de Disney, proviennent de Zurich ou y ont été directement réaliséss. C'est le seul site en dehors des Etats-Unis, sur lequel le groupe de médias américain effectue activement des activités de recherche et de développement . Markus Gross, directeur, nous explique les raisons et le mode de fonctionnement de Disney Research Zürich.

Le seul Disney Research Center d'Europe est situé à Zurich. Pourquoi précisément à Zürich?

Markus Gross: Il y a trois raisons. La première concerne la ville même de Zurich: l'agglomération zurichoise offre un site d'excellente qualité. La qualité de vie est très élevée, l'infrastructure existante est remarquable, les trajets (pour se rendre au travail) sont courts et le climat est favorable pour les entrepreneurs. La seconde raison est la qualité de l'EPFZ. Notre recherche appliquée bénéficie d'un échange dynamique d'idées avec la recherche fondamentale et l'EPFZ est tout simplement l'une des meilleures écoles polytechniques au monde. Nous travaillons en étroite collaboration avec elle et avons ainsi accès à un large spectre d'expertises. La troisième raison est liée à notre domaine de recherche du «visual computing» – je suis moi-même depuis 20 ans professeur à l'EPFZ et était déjà à l'époque en contact avec Disney. De nombreux travaux préparatoires importants étaient déjà accomplis pour Disney et donc nous ne partions pas de zéro.

Et que développez-vous au centre de recherche de Zurich?

A Disney Research, nous voulons développer de nouvelles technologies dans tous les domaines déterminants pour notre entreprise. Disney est le plus grand groupe de divertissements au monde et il est actif dans différents domaines, comme le cinéma, la télévision, les parcs et les complexes hôteliers, ainsi que les Consumer Products. Nous menons des recherches ciblées dans ces domaines. Nous développons des technologies qui nous permettent d'intégrer des éléments de la post-production dans la pré-production. De nombreux effets spéciaux très onéreux, représentant jusqu'à 60 pour cent du budget d'un film, peuvent être ainsi économisés.

En quoi le centre de Zurich est-il différent des autres sites?

Nous avons deux sites externes importants, à Zurich et à Pittsburgh, qui se ressemblent sur bien des points. L'EPFZ nous permet d'être en relation étroite avec une Haute école, ce qui n'est pas encore le cas actuellement à Pittsburgh. Le troisième Disney Research Lab est situé au siège social à Hollywood. Ce sont principalement des chercheurs qui travaillent là-bas et très peu d'étudiants.

Comment vivez-vous la structure des coûts en Suisse?

Je dois trouver de bons arguments pour défendre ce site par rapport aux autres sites occidentaux. D'autant plus aujourd'hui que la valeur du franc a augmenté de manière significative face aux autres monnaies. Mais jusqu'ici, nous étions plus productifs que d'autres sites. Si nous continuons sur cette voie et que la qualité des collaborateurs conserve son haut niveau actuel, alors nous pourrons maintenir notre degré de productivité et argumenter facilement en faveur de notre site.

D'où viennent vos collaborateurs?

Nos collaborateurs sont originaires de 20 pays différents. Pour ce qui est des doctorants qui travaillent chez nous, plus de 50 pour cent proviennent de l'EPFZ de Zurich. Je veille à choisir des étudiants locaux et nous avons ainsi dans l'ensemble un mélange bénéfique. Lorsque je travaille comme professeur avec les doctorants, cette activité de mentor représente pour moi une grande responsabilité.

Quel est le rôle joué ici par l'internationalité?

Si nous voulons mener sur le site des recherches de haut niveau, il nous faut pouvoir avoir accès à un très large vivier de talents partout dans le monde et attirer les meilleurs. Cela vaut également pour l'EPFZ. Ces 20 dernières années, ici à Zurich, nous sommes passés d'un site purement financier à un site technologique.

Pour quelle raison?

Zurich abrite un groupe d'entrepreneurs High Tech très prospères. Je pense que cela a permis d'accroître fortement l'enthousiasme entrepreneurial, notamment chez les étudiants. En outre, nous avons mis en place de nombreuses infrastructures pour aider les étudiants et les collaborateurs à créer leurs propres entreprises et leur simplifier le processus. Désormais, 40 start-ups par an sont fondées par des membres de l'EPFZ. En tant que petit pays ne disposant pas de ressources physiques, la Suisse ne peut maintenir son niveau de stabilité économique sur le long terme que grâce à la qualité, l'innovation et l'excellence technologique.

La délocalisation du Disney Research Center est-elle une option?

Non, nous n'avons aucun projet de migration. Rien qu'en raison de notre lien étroit avec l'EPFZ – il faudrait des années pour reconstruire ailleurs une telle relation. Cela n'arrivera pas. Nous préférons examiner de près l'éventualité de développer certains de nos sites.

Fonctions:

Markus Gross est professeur d'informatique à l'Ecole Polytechnique fédérale de Zurich, directeur du Computer Graphics Laboratory et directeur de Disney Research à Zurich.

Nous vous aidons à installer votre activité commerciale dans la Greater Zurich Area
+41 44 254 59 59
4:34 am
+1 415 655 1045
4:34 am
+86 21 6235 1889
4:34 am

Subscribe to our newsletter (englisch)